photographe-artiste-nina-level-arbois

Nina Level © 2022

A

2023. Une année en A.

A comme Amour tout d’abord.  Parce qu’il va de soit que sans amour n’importe quelle année est gâchée et aussi parce que j’ai envie d’en ajouter sans modération dans ma vie privée autant que dans ma vie professionnelle.

Prendre en photos des personnes qui s’aiment et leur permettre de garder le souvenir de ce moment. Laure et Frédéric m’ont offert cette opportunité folle en me demandant de réaliser les photos de leur mariage civil en Décembre 2022. L’expérience aussi intense que joyeuse m’a donné envie de la vivre et de la proposer à d’autres personnes. Peu importe le lieu, l’évènement, il suffit que ce qui vous motive commence par Amour et que vous me soumettiez votre projet. Quelques échanges par mail et  téléphone feront le reste.

A comme Atelier. Celui qui voit le jour au 11 rue Sainte Colette à Poligny sous nos coups de pinceaux et son aménagement qui a commencé début Janvier. Cela fait presque 2 ans que je cherchais cet espace cubique et éclairé où je vais pouvoir non seulement travailler autant la peinture que la photo mais aussi y proposer des résidences, des expositions, des rencontres. Un lieu de vie artistique qui me ressemble à 100%. Ça va piquer. Son ouverture fera l’objet d’un autre article avec plus de détails. Le temps que la peinture sèche et je vous raconte.

 

A comme Artiste. Vivre de ce que je crée, de ce que je produis. Montrer mon travail et promouvoir celui des autres. Pour être créativement folle, il faut que tout soit clair autour. On ne peut pas courir un 100 m dans un marécage. Je n’ai jamais autant vu clair dans mes projets, mes envies, dans qui je suis et jusqu’où j’ai envie de courir.

Artistes également que je vais continuer à vous présenter dans mon podcast l’ Art d’Entendre commencé avec le peintre Antonio Sà Poès en Octobre 2022. L’article est ici L’Amour de l’Art. Je garde là aussi la surprise du prochain épisode. Mais me réjouis déjà.

A  comme Arles ? Impossible de me projeter dans cette année sans penser aux Rencontres Internationales de la Photographie. Rendez-vous qui se veut incontournable pour mille raisons. Montrer WET à Arles serait grand. Choper la plus petite des opportunités sérieuses pour être de nouveau visible pendant ce festival que j’aime tant pourrait faire partie des grands moments de cette année.

Vous l’aurez compris Je vous souhaite une belle année. Croisons les A.

La photographe

Il n’ y a pas de hasard, juste des rencontres incroyables.

Laure et Frédéric m’ont contacté 4 jours avant leur mariage civil via une annonce que j’avais déposée pour trouver des modèles. Ils me proposaient de réaliser un reportage photos de leur mariage, me laissant carte blanche au regard des photographies qu’ils avaient déjà pu voir sur mon site. Je me souviens avoir été à la fois touchée par leur confiance, leur facilité à dire ok on y va, sans vraiment savoir où l’on pouvait aller, leur curiosité, leur gentillesse lors de nos échanges, l’inattendu de leur proposition et l’envie de me mettre à la hauteur de cet événement si important pour eux.

Le moment fut merveilleux. J’ai shooté en même temps que je rencontrais les mariés et leurs proches. Moment professionnel à la fois simple et complexe. J’ai pris les photos comme j’aime les prendre, à l’instinct, mais concentrée car consciente que mon travail serait pour les mariés le témoin impérissable de leur bonheur.

La suite, c’est un album photo 25X25, couverture en tissu, reliure cousue, édition artisanale Nantaise et qualité d’impression haut de gamme, proposé dans un coffret luxe.

La suite, c’est l’émotion de Laure et Frédéric lorsqu’ils ont découvert mon travail.

La suite, c’est de vivre avec vous d’autres moments comme celui ci.

C’est pourquoi, je vous propose de poser un regard qui me ressemble sur les plus beaux moments de votre vie.

Il suffit de me contacter au 07 66 25 83 27 ou par mail contact@nina-level.fr

Vous êtes déjà ma prochaine rencontre incroyable.

Seins Négatifs

Qui est cette femme ? Ou est- elle et à quelle époque?

J’ai trouvé comme un cadeau le négatif de cette photo dans la pochette d’un appareil argentique que j’avais acheté dans un vide grenier il y quelque temps maintenant. Cette photo est spéciale et sublime. J’aurais aimé la prendre. Par quel hasard cette femme libre et heureuse de l’être me sourit comme ca ? A moi et maintenant à vous? J’aurais pu prendre cette photo et c’est ça qui est encore plus étonnant. Un autre négatif ne m’aurait sans doute pas touché autant. Là, tout m’inspire. Les voitures comme des dinosaures, la nature, la lumière, son jean taille haute, sa coupe de Charlie’s Angels, son rire qu’on entend presque et sa poitrine.

Si les seins sont rarement gérés par ceux qui les possèdent, le sein féminin a derrière lui une très longue histoire de glorification et… de censure. Les diverses significations qu’on lui a données à travers les époques sont fluctuantes et teintées par des discours religieux, sociaux, moraux, bref normatifs. Et alors quoi ? Aucune femme se montrant torse nu n’a encore déclenché l’apocalypse. Il y a encore tellement d’hypocrisie à dénoncer un malaise à la vue des seins féminins, alors que l’on a jamais autant montré de pornographie à travers le monde. Mais hors ce contexte, son acceptation n’est jamais loin de son bannissement.

Le message de cette photo est soudain clair. Si être libre c”est aussi transgresser l’interdit de montrer sa poitrine, eh bien continuons à montrer nos nichons. Ça rend heureux. N’est ce pas Madame?

 

Who is this woman? Where is she and when?

I found the negative of this photo as a gift in the pocket of a film camera I bought at a garage sale some time ago. This photo is special and sublime. I wish I had taken it. By what chance does this free and happy woman smile at me like that? To me and now to you? I could have taken this photo and that’s what’s even more amazing. Another negative would probably not have touched me as much. Everything inspires me. The cars like dinosaurs, the nature, the light, her high-waisted jeans, her Charlie’s Angels haircut, her almost audible laugh and her breasts.

If breasts are rarely managed by those who own them, the female breast has a very long history of glorification and… censorship. The various meanings given to it through the ages are fluctuating and coloured by religious, social, moral, in short normative discourses. So what? No topless woman has yet triggered the apocalypse. There is still so much hypocrisy in denouncing a discomfort at the sight of female breasts, when there has never been so much pornography shown around the world. But outside this context its acceptance is never far from its banishment.

The message of this photo is suddenly clear. If being free is also about breaking the ban on showing your breasts, then let’s keep showing our tits. It makes you happy. Doesn’t it, Madame?

 

L’Amour de l’Art

L’Amour de l’Art

Il n’ y a pas mille façons d’avoir un coup de foudre. il y a juste mille façons d’en entendre parler.

Je vais vous faire découvrir et peut être vous donner envie d’acquérir le travail de peintres, de photographes dont la démarche artistique et créative me touche. Ces artistes j’en connais déjà quelques uns mais espère surtout en découvrir d’autres avec vous, au fil de mes rencontres inspirantes.

Le premier a faire un pas de géant dans cette galerie virtuelle est le peintre Pessoa.

A 49 ans, il est né à Paris mais vit et travaille à Besancon. Dans les années 2000,  il rentre au sein du groupe Anartiste de la fédération  anarchiste où il rencontre son ami le peintre et poète André Robèr qui lui fait découvrir l’art. Il collabore à la revue Art & Anarchie dans laquelle il apparait pour la première fois avec une série de poésies visuelles. Un art entre mot et image qu’il continue à travailler en participant depuis plusieurs années à la Biennale Internationale de Poésie Visuelle d’Ille s/Têt (66) ainsi qu’à la revue  #Nuire sous le pseudonyme d’Antonio Sá Poès.

Cultivant sa marginalité en expérimentant comme bon lui semble, sa peinture est forte car sans code, hors norme. Intranquille par nature, il ne s’encombre de rien et peint d’abord pour lui même dans l’urgence d’exprimer ses angoisses, ses doutes, son ironie face à la vie. Tout prend forme dans le chao. La couleur est là pour nous permettre de respirer. Je suis fan de sa radicalité et de son hyper sensibilité qui donne à voir une peinture esthétiquement forte.

Refusant toutes les cases qui pourraient l’enfermer, il admet aux forceps, s’inscrire dans la mouvance de l’art brut et plus largement, l’art outsider. Il se place ainsi hors du système de l’art mais avec juste la volonté de créer sans la reconnaissance qui va avec et sans avoir la conscience d’être artiste.

Il  va falloir attendre 2020, pour qu’il accepte une collaboration avec deux esprits libres, Charles Dagand et Stéphane Planche, lesquels lui proposent de réaliser les étiquettes de l’ensemble de leurs cuvées de vin vivant, Karnage.

Il expose pour la première fois en Mai 2022 lors d’une exposition collective avec Didier Manyach et Sophie Pluen à la galerie TREIZE à Ille sur Têt (66).

En Juillet, il est invité par le plasticien Joseph Maureso dans le cadre d’une œuvre participative  « De l’Enfouissement à la résistance » à l’espace des Arts Le Boulou (66) à collaborer avec les peintres André Robèr et Gilles Olry. Il réalisera et exposera deux œuvres.

Présent en résidence dans le Jura à Arbois aux Jardins de Saint Vincent, une exposition lui est également consacrée au Bistrot des Claquets du 6 Septembre au 26 Novembre 2022.

J’ai également la chance de pouvoir vous proposer son travail dans le Shop Galerie du site. Qui aime possède un peu.

Mais il est temps de tendre l’oreille pour le découvrir au travers de cette interview réalisée chez moi à l’occasion de son exposition. Pour la petite histoire, je devais retranscrire l’enregistrement de nos échanges mais j’ai tellement adoré la vulnérabilité et l’authenticité de ce moment que j’ai proposé à l’artiste de le diffuser sous ce format audio. On y entend les bruits de la maison, du chien, des tasses de thé, mes tournures de phrases peu académiques, mes rires et ses silences, les noms des artistes qui nous échappent, la voix d’André Robèr, le son de John Cage, Coltrane, Tricky ou encore de Sleaford Mods. On y parle de la vie, on prend le risque de l’intime, simplement, Entre nous.

Je remercie Antonio Sá Poès pour cette parenthèse de bonheur quand je sais combien il est un peu sauvage et ne tient pas à s’exprimer beaucoup. Il aime vivre caché. Pour être heureux sans doute.

 

 

There are not a thousand ways to fall in love at first sight. There are just a thousand ways to hear about  it.

I will make you discover and why not acquire the work of painters and photographers whose artistic and creative approach touches me. I already know some of these artists but I hope to discover others with you.

The first to take a giant step in this virtual gallery is the painter Pessoa.

He is 49 years old and was born in Paris but lives and works in Besancon. In the 2000s, he joined the Anartiste group of the anarchist federation where he met his friend, the painter and poet André Robèr, who introduced him to art. He collaborates with the magazine Art & Anarchie in which he appears for the first time with a series of visual poems. An art between word and image that he continues to work on by participating for several years in the International Biennial of Visual Poetry of Ille s/Têt (66) as well as in the magazine #Nuire under the pseudonym of Antonio Sà Poés.

Cultivating his marginality by experimenting as he sees fit, his painting is strong because it is without code, outside the norm. Not quiet  by nature, he is not encumbered by anything and paints first of all for himself in the urgency to express his anguish, his doubts, his irony in front of life. Everything takes shape in the chaos. The colour is there to allow us to breathe. I am a fan of his radicalism and his hyper-sensitivity which gives us an aesthetically strong painting.

Refusing all the boxes that could confine him, he admits to forceps, to be part of the movement of art brut and more widely, outsider art. He thus places himself outside the art system but with just the will to create without the recognition that goes with it and without having the awareness of being an artist.

It wasn’t until 2020 that he agreed to collaborate with two free spirits, Charles Dagan and Stéphane Planche, who asked him to design the labels for all of their living wine vintages, Karnage.

He exhibited for the first time in May 2022 in a group show with Didier Manyach and Sophie Pluen at the TREIZE gallery in Ille sur Têt (66).

In July, he was invited by the artist Joseph Maureso to collaborate with the painters André Robèr and Gilles Olry in a participative work entitled “De l’Enfouissement à la résistance” at the Espace des Arts in Le Boulou (66). He will produce and exhibit two works.

Present in residence in the Jura in Arbois at the Gardens of Saint Vincent, an exhibition is also dedicated to him at the Bistrot des Claquets from September 6 to November 26, 2022.

I am also lucky enough to be able to offer you his work in the Shop Galerie of the site.

But it’s time to listen to this interview with him, which was conducted at my home on the occasion of his exhibition. For the record, I was supposed to transcribe the recording of our exchanges but I loved the vulnerability and authenticity of this moment so much that I suggested to the artist that we broadcast it in this audio format: we hear the sounds of the house, the dog, the cups of tea, my unacademic turns of phrase, my laughter and his silences, the names of the artists who escape us, the voice of André Robèr, the sound of John Cage, Coltrane, Tricky or Sleaford Mods. We talk about life, we take the risk of intimacy, simply, Between us.

I would like to thank Antonio Sa Poes for this interlude of happiness when I know how wild he is and how he doesn’t want to express himself much. He likes to live hidden. To be happy, no doubt.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



L’Art Objet

 

 

Je dessine et peins des visages comme un reflet de nous sans filtre. Où rien n’est lisse mais où tout déborde. Nos expressions sont autant d’histoires et la peinture exprime la couleur de nos sentiments. Always smash the picture please pourrait être le fil conducteur de ces portraits.

Vendre mes dessins en ligne sur des plateformes qui bénéficient déjà d’un fort trafic est un moyen de faire vivre mon travail plastique .   C’est le cas avec Fine Art America qui est un service d’impression à la demande mais aussi une place de marché avec plus de 500 00 artistes (et moi). Fine Art propose une multitude de produits qui vont de toutes les impressions possibles ou produits communs. Je suis hyper fan du tapis de yoga, du rideau de douche, de la batterie portable, des coques de téléphone… Vraiment bluffant de retrouver mon travail sur autant d’objets. http://nina-level.fineartamerica.com/

 

I draw and paint faces as a reflection of us without filters. Where nothing is smooth but everything overflows. Our expressions are as many stories and the painting expresses the colour of our feelings. Always smash the picture please could be the main thread of these portraits

Selling my drawings online on platforms that already have a lot of traffic is a way to make a living from my artwork.   This is the case with Fine Art America which is a print on demand service but also a marketplace with over 500,000 artists (and me). Fine Art offers a multitude of products ranging from all possible prints to common products. I’m a big fan of the yoga mat, the shower curtain, the portable battery, the phone covers… It’s really amazing to find my work on so many objects.http://nina-level.fineartamerica.com/

 

 

 

 

 

Expo Arles

Exposition de quelques Sirènes à l’occasion du lancement de l’annexe Arlésienne de l’ Association Pavlova http://linktr.ee/assopavlova. Je suis plus que fière de faire partie depuis peu de ce collectif de photographes talentueux et débridés dont Adrien Jean http://linktr.ee/adrienjean et à jamais reconnaissante à Daniela de m’offrir cette opportunité d’expo commune à Arles à partir du 21 Juillet à L’Echoppe et pendant les Rencontres d’Arles. C’est juste énorme. ENORME. Si le feu des soirées d’Arles ne vous fait pas peur, je vous y attends sinon je vous raconterai. En attendant, l’été sera chaud ou ne sera pas.

 

 

 

Expo Sirénes

Exposition Sirénes du 31 Mai au 27 Aout 2022
Exposition de photos
au Bistrot des Claquets Place de Faramand à Arbois 39600

Cette série a été réalisée avec un objectif 35 mm lors des entraînements et des compétitions du Club Nautique Pontissalien de Janvier à Avril 2022. Elle est encore en cours.
Mon intention première était de photographier des danseuses aquatiques, motivée à la fois par l’idée que je me faisais de ce sport associé dans mon imaginaire à la sirène Esther Williams mais aussi par l’envie d’y trouver autre chose.
J’ai très vite eu besoin d’aller plus loin et surtout plus près cherchant le hors contrôle et cassant les règles du genre.
Ces photos sont prises d’instinct avec l’intention de montrer ce que l’on voit quand on n’y voit presque rien. Quand le corps qui danse dans le bleu piscine n’apparaît plus comme parfait mais autre. Beau et étrange.
Hors de l’eau, c’est la féminité exacerbée de ces jeunes filles qui m’interpelle. A nouveau à la surface, elles captent la lumière comme par magie et c’est alors moi, qui arrête de respirer.
J’ai imaginé des tirages en moyen et très grand format jouant ainsi avec des contrastes qui amènent soit à se reculer pour ne pas s’y noyer soit à se rapprocher pour pouvoir y plonger créant encore ainsi du mouvement.